Les troubles d’apprentissage

 

Les troubles d’apprentissage regroupent un ensemble hétérogène de dysfonctionnements d’origine neurologique. Présents dès les premières étapes du développement de la personne, ils se caractérisent par des atteintes permanentes et persistantes sur le plan des apprentissages précoces comme le langage, la coordination ou plus spécifiquement celui des apprentissages scolaires. Ils ne sont pas initialement attribuables à un déficit auditif ou visuel, à une déficience intellectuelle, à des facteurs socio-économiques, à un enseignement inadéquat ou à un manque de stimulation.

En savoir plus

 

Examinons de plus près ce que cette définition nous dit sur les troubles d’apprentissage.

1. Les troubles d’apprentissage regroupent un ensemble hétérogène de dysfonctionnements. Le schéma précédent illustre leur variété. Toutefois, ces troubles possèdent des caractéristiques communes.

2. Ils sont d’origine neurologique.
Les recherches actuelles sont majoritairement d’avis que les troubles d’apprentissage sont les conséquences de perturbations cérébrales survenant durant la grossesse ou au cours des premières étapes de développement. Pendant cette évolution développementale, il peut se produire des phénomènes susceptibles de modifier la façon dont les neurones se forment ou se relient entre eux. L’origine de ces phénomènes connue (souffrance fœtale, alcoolisme fœtal, hérédité) ou inconnue entraîne des troubles d’apprentissage.

3. Ils sont persistants et permanents.
Les dysfonctionnements se caractérisent par des atteintes permanentes, c’est-à-dire que ces atteintes perdurent toute la vie. Les troubles d’apprentissage sont aussi persistants : bien que l’individu avec un trouble d’apprentissage puisse bénéficier d’une rééducation, de réadaptation et de l’enseignement de stratégies compensatoires, le trouble demeure face à un nouvel apprentissage.

Par exemple, un apprenant avec un trouble de l’apprentissage de la coordination peut devenir habile dans les gestes fréquents et appris. Toutefois, l’apprentissage d’un nouveau geste demeurera plus laborieux. Selon le degré de sévérité, les troubles d’apprentissage peuvent avoir différentes répercussions sur la vie scolaire, professionnelle ou sociale.

4. Ils sont précoces ou scolaires. (2)
Les troubles d’apprentissage précoces concernent l’apprentissage des gestes et du langage, qui sont d’importantes étapes développementales et qui apparaissent avec la maturation du cerveau. On peut donc voir des manifestations de ces troubles dès la petite enfance.

Les troubles d’apprentissage scolaires se révèlent au cours de la scolarité. Ils peuvent ne pas se manifester entièrement tant que le sujet n’est pas confronté à la limite de ses compétences.

________

Les facteurs d’exclusion (1 et 2)

Les troubles d’apprentissage ne sont pas initialement attribuables aux causes suivantes et ne peuvent donc pas être mieux expliqués par celles-ci :

      • des troubles sensoriels non corrigés, notamment ceux liés à  l’acuité visuelle ou auditive,
      • une déficience intellectuelle,
      • des facteurs socio-économiques,
      • un enseignement inadéquat,
      • un manque de stimulation,
      • un traumatisme cérébral ou une atteinte cérébrale acquise.

________

Les troubles d’apprentissage et les autres conditions (1)

Il est fréquent qu’un trouble d’apprentissage coexiste avec une ou plusieurs autres conditions. Ces conditions peuvent être d’autres troubles d’apprentissage ou encore des troubles attentionnels, comportementaux, socioaffectifs ou même des déficits d’ordre sensoriel. On parle alors de troubles concomitants au trouble d’apprentissage. En milieu médical, on utilise aussi le terme « comorbidité » pour désigner des affections et divers troubles s’ajoutant à l’affection initiale.

________

Troubles d’apprentissage versus difficultés d’apprentissage

Les troubles cognitifs acquis : 
Bien que cela n’entre pas dans la définition des troubles d’apprentissage, il existe des difficultés d’apprentissage durables et parfois persistantes dont les causes sont différentes. On parle alors de troubles cognitifs acquis. Ces troubles sont la conséquence d’un dommage cérébral ponctuel (comme l’accident vasculaire cérébral, l’épilepsie, le traumatisme crânien) qui a pu laisser des séquelles sur le plan cognitif. Ces troubles sont caractérisés par une apparition brutale, un accident, comme une rupture dans l’apprentissage de l’individu.

________

Prévalence

Rares sont les études statistiques offrant une prévalence englobant l’ensemble des troubles définis dans ce document. De ce fait, statuer sur la prévalence des TA  comme ils sont définis dans cette fiche n’est pas possible. Vous retrouverez les prévalences pour chaque trouble dans leur document respectif.

Références et ressources

Références

1. Les troubles cognitifs acquis (aphasie, apraxie…) 
2. INSERM. Troubles des apprentissages – Les troubles « dys »

________

Suggestions de lectures

Les troubles d’apprentissage : comprendre et intervenir de Denis Destrempes-Marquez et Louise Lafleur, Éditions du CHU  Sainte-Justine.

________

Auteurs

Fauve Houmounou, neuropsychologue
Marie-Julie Godbout, orthopédagogue (M. Éd.)